L'inachevé parfait !

Livre de la Genèse (Gn 1, 1-80)

 


Dieu dit :

 

« Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance.

 

Qu'il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages, et de toutes les bestioles qui vont et viennent sur la terre. »

 

Dieu créa l'homme à son image,

à l'image de Dieu il le créa,

il les créa homme et femme.

 

Dieu les bénit et leur dit : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la. Soyez les maîtres des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre. »

 

Dieu dit encore : « Je vous donne toute plante qui porte sa semence sur toute la surface de la terre, et tout arbre dont le fruit porte sa semence : telle sera votre nourriture. Aux bêtes sauvages, aux oiseaux du ciel, à tout ce qui va et vient sur la terre et qui a souffle de vie, je donne comme nourriture toute herbe verte. » Et ce fut ainsi. Et Dieu vit tout ce qu'il avait fait : c'était très bon. Il y eut un soir, il y eut un matin : ce fut le sixième jour. Ainsi furent achevés le ciel et la terre, et tout leur déploiement. Le septième jour, Dieu avait achevé l'oeuvre qu'il avait faite. Il se reposa, le septième jour, de toute l'oeuvre qu'il avait faite. Et Dieu bénit le septième jour : il en fit un jour sacré parce que, ce jour-là, il s'était reposé de toute l'oeuvre de création qu'il avait faite.

 

 

Basile de Césarée  -

Sur l'origine de l'homme, Homélie 1,15-16

 

 

N'as-tu pas remarqué que cette proposition est incomplète ?

"Créons l'homme à notre image et ressemblance".

La délibération comprenait deux éléments : "à l'image" et "à la ressemblance".

L'exécution n'en contient qu'un,

  • Dieu a-t-il délibéré d'une façon et puis changé d'avis ?
  • Quelque repentir au cours de la création n'est-il pas intervenu ?
  • N'y a-t-il pas eu impuissance du Créateur, qui décide une chose et en réalise une autre ?
  • Ou bien bavardage dans les paroles ?

Peut-être en effet veut-il dire la même chose : "Créons l'homme à l'image et à la ressemblance" ; car (ici) après avoir dit "à l'image", il n'a pas dit "à la ressemblance".

Quelque explication que nous choisissions, nous prendrons en défaut ce qui est écrit.

Si en effet il s'agit de la même chose, il est superflu de dire deux fois les mêmes choses.

Dire qu'il y ait une parole vaine dans l'Ecriture est un blasphème redoutable.

Mais, en vérité, l'Ecriture ne parle pas en vain.

Il est donc nécessaire que l'homme soit à l'image et à la ressemblance.

 

Pourquoi n'est-il pas dit : "Dieu créa l'Homme à l'image de Dieu et à sa ressemblance" ?

  • Le Créateur était-il impuissant ?
  • Propos impie !
  • Celui qui donne l'ordre s'est-il repenti ?
  • Argument plus impie encore !
  • Mais alors, il a parlé et puis a changé d'avis ?
  • Non, l'Ecriture ne dit pas cela, le Créateur n'est pas impuissant et la délibération n'a pas été rendue vaine.
  • Quelle est la raison du silence ?

 

"Créons l'Homme à notre image et à notre ressemblance."

Nous possédons l'un par la création, nous acquérons l'autre par la volonté.

Dans la première structure, il nous est donné d'être nés à l'image de Dieu ;

par la volonté se forme en nous l'être à la ressemblance de Dieu.

Ce qui relève de la volonté, notre nature le possède en puissance, mais c'est par l'action que nous nous le procurons.

Si, en nous créant, le Seigneur n'avait pris la précaution de dire "Créons" et "à la ressemblance", s'il ne nous avait pas gratifiés de la puissance de devenir à la ressemblance, ce n'est pas par notre pouvoir propre que nous aurions acquis la ressemblance de Dieu.

Mais voilà qu'il nous a créés en puissance capables de ressembler à Dieu, il a permis que nous soyons les artisans de la ressemblance à Dieu, afin que nous revienne la récompense de notre travail, afin que nous ne soyons pas comme ces portraits sortis de la main d'un peintre, des objets inertes, afin que le résultat de notre ressemblance ne tourne pas à la louange d'un autre.

En effet, lorsque tu vois le portrait exactement conforme au modèle, tu ne loues pas le portrait, mais tu admires le peintre. ainsi donc, afin que ce soit moi l'objet d'admiration et non un autre, il m'a laissé le soin de devenir à la ressemblance de Dieu.

 

 

 

 

contact paroisses webmaster infos légales faire un don
coordonnées et adresses